Campagne Meusienne & Eoliennes

Voilà quelques photos prises lors d’une balade en Meuse, il y a 15 jours. On ne se rend pas vraiment compte sur ces photos, mais il y a en fait de nombreuses éoliennes dans le secteur. Ces dernières s’intègrent très bien dans le paysage. Les photos sont visibles sur Flickr.

Les photos ont été prises avec le Canon 7D. Les premières sont prises au 50mm 1.4, les suivantes sont prises avec un 18-55 basique qui montre ces limites sur certaines photos.

Nouvel an chinois

Un petit billet pour parler de photos que j’ai faites lors du défilé du nouvel an chinois à Paris le 14 février.

Les photos sont visibles sur flickr.

Pas grand chose à ajouter. Je suis encore en phase d’appropriation de mon Canon 7D. Toutes les photos ont été prises au 50mm.

Les conditions (énormément de monde) n’ont pas facilité la tâche d’avoir des cadrages intéressant, nets et avec personne venant bloquer le champ.

Didier et Francis Lockwood

AfficheLundi soir (09/11/09) avait lieu, à l’Alhambra un concert de Francis et Didier Lockwood. Ce concert était aussi l’occasion au label AMES de fêter ses 5 ans.

A cette occasion, la première partie était consacrée à différents artistes de ce label. Chaque artiste à interprété deux morceaux. Didier Lockwood, en tant que fondateur du label, présentait les différents artistes au fur et à mesure. Cela rajoutait non seulement une certaine convivialité mais permettait surtout de replacer tous ces artistes dans leur contexte.

Jean My TruongPour démarrer les festivités, le groupe de Jean My Truong. Didier Lockwood a présenté ce batteur comme étant un des trois grands batteurs de jazz des années 70 (avec Christian Vander et Aldo Romano). Et bien à le voir jouer, je dirai qu’il n’a pas perdu de sa superbe ! Il était accompagné de Pascal Sarton à la basse acoustique, Irving Acao au saxophone et Leandro Aconcha au piano. Le deuxième morceau était particulièrement intéressant avec ses changement de rythmes plutôt osés mais réussis.

TangoraVint ensuite une chanteuse : Tangora. Elle était accompagné par  François Laizeau à la batterie, Eric Vinceno à la basse et Mario Canonge au piano. Autant le dire tout de suite, je ne suis pas fan de jazz vocal. Et pourtant, la partie vocale était loin d’être déplaisante et surtout les musiciens étaient très bon. Les solos étaient principalement pris par le piano. Je ne connaissais pas ce pianiste mais il est réellement doué.

Thomas EnhcoLe groupe suivant était le trio de Thomas Enhco. Thomas Enhco est un jeune pianiste de 21 ans. Il est le fils de la femme de Didier Lockwood et a été formé, comme les musiciens qui l’accompagnaient, au CMDL : le Centre des Musiques Didier Lockwood). Les autres musiciens de ce trio sont Joachim Govin à la contrebasse et Nicolas Charlier à la batterie. Ce trio est vraiment prometteur. Leur musique est un jazz assez moderne. Le premier morceau « Bobsleigh » était impressionnant de technicité au piano. Le deuxième, basé sur une des Kinderszen de Robert Schumann, bien que plus calme était lui aussi très intéressant.

Stephy HaikLe contrebassiste et le batteur sont ensuite restés pour accompagner les deux groupes suivants. Le premier fut la chanteuse Stephy Haik accompagnée au piano par Olivier Hutman. Elle œuvre dans un registre assez feutré. Je n’ai pas plus accroché que ça. J’ai eu surtout du mal avec le personnage. Elle en fait beaucoup trop … Cependant, il faut reconnaitre qu’elle a plutôt une jolie voix.

six 1/2Le dernier groupe de cette première partie fût les Six 1/2. Six voix (deux féminines quatre masculines) accompagné en plus du batteur et contrebassiste précédemment cités, d’un pianiste dont je n’ai pas retrouvé le nom. Clairement, ce n’est pas un genre de musique que j’apprécie avec une approche finalement très « variété ».

Fût ensuite le temps d’une entracte. Avant de passer à ce que je m’attendais à être la grosse partie du concert. Ce le fût en qualité mais malheureusement pas en durée : seulement une petite heure de jeu.

brothersFrancis est donc le frère de Didier. Il est pianiste et c’est apparemment à lui que Didier doit  son côté improvisateur. Leur premier album enregistré ensemble est sorti il y a peu.

Didier Lockwood est resté très sobre sur les effets utilisés. Il utilisait un violon acoustique et s’est principalement servi d’un octaver (ou similaire) pour pouvoir accompagner les solos du piano avec un son plus typé contrebasse. Il a également utilisé une Wah sur un morceau et quelques délais sur un autre. C’est à peu près tout.

Les deux musiciens ont une très bonne communication laissant pas mal de place aux morceaux pour évoluer. Les solos de Didier étaient tous plus brillant les uns que les autres. Ceux de Francis sont restés globalement plus simples mais pas déplaisants pour autant.

Ce fut donc un très bon moment mais comme dit précédemment, trop court. Cependant vu que les groupes en première partie étaient de bon niveau et variés ça compensait. Le concert s’étant fini vers 23h15, il était de toutes façon difficile d’en caser plus, à moins de le faire commencer plus tôt.

Improvisation au piano

Je m’amuse en ce moment avec les gammes par tons. J’ai enregistré une petite improvisation, ce soir.

C’est du piano seul (celui du Korg M3) et c’est complètement improvisé.

Pas grand chose d’autre à dire si ce n’est que toute critique est bienvenue et que ce morceau est sous licence Creative Commons by-nc-nd.

C’est écoutable sur mon MySpace ou téléchargeable ici.

Audiokeys, l’album des membres vol.1

Depuis de nombreuses années, Audiokeys est un vaste espace de discussions autour du Hi-Tech et des nouvelles technologies dans le domaine de la musique.

Qu’il soit amateur ou professionnel, débutant ou accompli, chaque membre y partage ses connaissances, ses expériences, ses coups de cœur et coups de gueule ou ses interrogations sur tous ces sujets.

Je contribue sur ce forum depuis 2003. Le nombre de membres actifs commençant à être conséquent, la décision a été prise de concevoir un album avec des compos de tous les membres le souhaitant.

Initialement prévu pour être annoncé pour la fête de la musique, de nombreux contretemps on fait que ce n’est qu’il y a quelques jours que cet album a été rendu public.

Une de mes compos réalisée pour l’occasion y figure (morceau 10 : Évolution). Je ne suis que moyennement satisfait du résultat de ce morceau. La fin est un peu bâclée par manque de temps, de même le mixage est assez rapide. Le concept de ce morceau est une version assez pessimiste de l’évolution de l’humanité de son balbutiement à un emballement (oui ça fait un peu pompeux dit comme ça !). Pour le matériel utilisé : Korg M3 avec l’EXB-Radias, Sonik Synth 2, ReTank, Minimogue VA (VoltKitchen) et Kajerhus Audio Classic Effects.

L’essentiel, l’album est téléchargeable ici : http://dl.free.fr/mxkb5Vs6O Il s’agit d’un fichier zip comprenant l’album au format MP3 et la pochette. L’album est diffusé sous licence Creative Commons by-nc-nd, vous autorisant à le diffuser et le copier à condition de citer le nom des artistes, ne pas en faire une utilisation commerciale et ne pas modifier son contenu.

L’album est aussi dispo sur Jamendo (http://www.jamendo.com/fr/album/49711) mais je vous déconseille cette version, la qualité étant dégradée.

Je suis intéressé par tout commentaire concernant mon morceau (et l’album en général), qu’il soit positif ou négatif.

Update : Ma compo est aussi écoutable sur mon MySpace (le lien est dans la colonne de droite).

Glourious Tarantino

Un nouveau film de Quentin Tarantino est pour moi un évènement. Tout d’abord parce que je le classe parmi les plus grands réalisateurs en activité et d’autre part la fréquence de ses films n’est pas énorme.

Nouveauté dans le cinéma de Tarantino, un film historique. En fait, non, le mot est très mal choisi. Il s’agit plutôt d’un film se déroulant dans un contexte non contemporain. A aucun moment Tarantino a cherché a respecter une quelconque réalité historique. En chercher une dans ce film serait une erreur. Néanmoins l’effort est fait pour que l’on croit à ces décors, à ces costumes.

Le choix des acteurs ne laisse rien au hasard. La distribution et la direction d’acteurs est parfaite. Brad Pitt que j’avais déjà trouvé génial dans des films comme Burn After Reading fait encore ici du très bon travail. Mélanie Laurent livre, elle aussi, une très bonne interprétation, en français uniquement. Je pourrai citer d’autres acteurs connus et très bine dirigés jouant dans ce film, mais la prestation la plus remarquable est celle de Christop Waltz. Cet acteur, peu connu, a été récompensé au dernier festival de Cannes pour cette interprétation. Son rôle est déjà compliqué par le fait qu’il doit parler français, anglais, allemand et italien. De plus son personnage est vraiment très convainquant. Une réussite de ce film.

Venons-en au film, lui-même. Tout d’abord, si la dose de violence des précédents films de Tarantino vous a choqué, je crains que ce soit aussi le cas pour celui-ci. Ce n’est pas plus intense que les précédents mais guère moins. Tarantino a dit qu’il voulait que ce film soit autant un film de guerre qu’un western spaghetti. Et c’est tout à fait ce que l’on ressent. Comparativement à ses précédents films, je trouve que ce film est vraiment drôle, tonalité que je n’avais pas trop ressentie dans les précédents. On est ici dans un humour que je pourrai rapprocher à celui de Fargo. Ce sont les personnages qui sont risibles, la manière de présenter les choses qui ne se prends pas au sérieux. Autre différence : le rythme de narration. On a ici un déroulement de l’action beaucoup plus linéaire et moins sacadé que dans les précédents films. On pourra cependant reprocher l’utilisation de chapitrage (déjà utilisé dans Kill Bill par exemple), qui est, je trouve, une solution un peu facile pour faire des bonds dans le temps.

La bande son est comme toujours très soignée. On retrouve beaucoup de morceaux d’Ennio Morricone qui collent parfaitement à l’ambiance, ainsi que d’autres morceaux plus Rock ‘n’ Roll.

Voilà ce film m’a totalement convaincu. La magistralité du cinéma de Tarantino poussé encore plus loin.

Worldwide Photo Walk à Paris

Samedi j’ai participé à une sortie photo organisée à Paris dans le cadre de Worldwide Photo Walk. C’était l’occasion de faire connaissance avec des photographes plus expérimentés et de voir des coins sympa dans le quartier de Montmartre.

Voici donc mes photos :

Vodpod videos no longer available.